array(3) { ["content_type"]=> string(4) "text" ["text"]=> array(1) { [0]=> array(2) { ["acf_fc_layout"]=> string(9) "paragraph" ["paragraph_content"]=> string(1366) "

L’atrium a toujours tenu une place à part dans l’architecture. Dès l’antiquité il représentait l’espace central de la construction par lequel la lumière (et la pluie) pénétrait dans la maison.

Historiquement ouverts, les atriums sont devenus avec le temps des espaces spécifiques, souvent de grand volume et couverts de verrières imposantes. Pour les bâtiments tertiaires et E.R.P., l’atrium regroupe généralement les fonctions d’accueil et de communication spatiale.

L’association d’importantes surfaces vitrées et de volumes imposants crée une climatologie interne propre, avec effet de serre et de stratification de la chaleur. Sur les très gros volumes on assiste même à des mouvements de masses d’air chaud et froid. La nécessité de désenfumer ces espaces mais plus encore de les ventiler efficacement est donc un enjeu majeur, auquel on peut associer, quand le parti architectural le permet, un ombrage judicieusement disposé.

Les appareils positionnés aussi bien en façade qu’en verrière doivent s’intégrer « naturellement » dans la composition sans la dénaturer, être thermiquement performants et allier si possible désenfumage et ventilation naturels.

" } } ["image"]=> bool(false) }

L’atrium a toujours tenu une place à part dans l’architecture. Dès l’antiquité il représentait l’espace central de la construction par lequel la lumière (et la pluie) pénétrait dans la maison.

Historiquement ouverts, les atriums sont devenus avec le temps des espaces spécifiques, souvent de grand volume et couverts de verrières imposantes. Pour les bâtiments tertiaires et E.R.P., l’atrium regroupe généralement les fonctions d’accueil et de communication spatiale.

L’association d’importantes surfaces vitrées et de volumes imposants crée une climatologie interne propre, avec effet de serre et de stratification de la chaleur. Sur les très gros volumes on assiste même à des mouvements de masses d’air chaud et froid. La nécessité de désenfumer ces espaces mais plus encore de les ventiler efficacement est donc un enjeu majeur, auquel on peut associer, quand le parti architectural le permet, un ombrage judicieusement disposé.

Les appareils positionnés aussi bien en façade qu’en verrière doivent s’intégrer « naturellement » dans la composition sans la dénaturer, être thermiquement performants et allier si possible désenfumage et ventilation naturels.

verrieres-ariums